Prier pour un miracle

Chandrika Sharma, pionnière dans la défense des droits des pêcheurs artisans à travers le monde a disparu avec le vol MH370 de la Malaisia Airlines

Chandrika Sharma, pionnière dans la défense des droits des pêcheurs artisans à travers le monde a disparu avec le vol MH370 de la Malaisia Airlines

8 mars – 8 juin 2014. Cela fait trois mois, jour pour jour, que Chandrika Sharma a disparu dans le vol MH370 de la Malaysia Airlines. Ses camarades et amis de lutte ont encore du mal à l’accepter. Ils nourrissent encore le secret espoir de la revoir.

C’est la première fois qu’on se réunit depuis cet incident, je pense qu’il est important d’échanger quelques mots sur elle», propose Naseegh Jafeer Masifundise du Forum Mondial des Populations de Pêcheurs (WFFP). Il observe un petit moment de silence, puis il confie: « Je me rappelle, on devait tous participer à une rencontre. J’étais en retard au lieu de la rencontre à cause des grèves. En cours de chemin, j’ai reçu ce sms de Chandrika qui me disait ‘‘où es-tu ? Viens vite, tu nous manques à la réunion’’. Aujourd’hui, Chandrika, c’est toi qui nous manque, nous t’attendons ».

Dans la salle, règne un silence sur- chargé d’émotion. « C’était une réunion de la région Asie. J’ai envoyé un mail pour dire que c’était une réunion importante et qu’il fallait qu’on y aille au nom de la pêche artisanale. C’est vraiment sur mon insistance que nous avons décidé d’y aller. Quand cette catastrophe est arrivée, j’étais très affligé. Nous avions préparé cette réunion ensemble. C’est une terrible tristesse que je ressens. Elle est toujours dans mes pensées à tout moment », témoigne encore Ravadee Prasertcharoensuk la voix envahie d’émotion. L’émotion monte d’un cran, le silence s’alourdit davantage. Toute la salle est affligée.

L’émotion atteint son comble lorsque Sebastian Mathew, son camarade de lutte au sein de l’ONG ICSF (Coalition Internationale d’Appui aux Travailleurs de la Pêche), prend la parole. «Au nom de l’ICSF j’aimerais vous remercier tous pour ces témoignages… ». Il ne put aller plus loin, il fond en larmes. La douleur est vive, le cœur meurtri.

Toute la salle est en émoi. Quelques longues minutes après, Sébastien Mathew se ressaisit et tente d’aller au bout de son message. Sur ces lèvres, les mots pèsent très lourds et peinent à sortir. « Nous devons aussi nous rappeler que dans le voyage des ‘’directives volontaires’’ nous avons perdu des per- sonnes qui nous sont très chères. Nous devons faire en sorte que ces directives soient adoptées. Nous devons aussi beaucoup travailler pour leur mise en œuvre et donner un peu plus de dignité aux pêcheurs artisans. Ce ne serait que justice de faire un grand hommage à ces personnes disparues que de continuer à travailler dans ce sens», déclare-t-il.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Dans la foulée, Anaïd Panossian de l’ONG CAPE (Coalition pour des Accords de Pêche Equitables) témoigne : « Un jour j’ai pris un document de la FAO que j’ai trouvé intéressant, j’ai commencé à le lire et j’ai vu que Chandrika y avait participé. Je me suis dis tiens je vais lui envoyer un mail, c’est alors que j’ai vu les infos sur la disparition de son avion. Nous devons continuer à lire et apprendre de ses nombreuses contributions ».

Le 8 mars 2014, le vol MH370 de la Malaysia Airlines disparaît mystérieusement des écrans radars après avoir décollé de Kuala Lumpur. Après trois mois de recherches infructueuses, la raison commande qu’ils renoncent à revoir leur amie. « C’était une grande militante de la société civile, une grande amie. Elle était toujours avec nous. C’est dur, mais nous devons tous accepter que c’est Dieu qui décide. Prions pour elle, c’est la meilleure manière de nous en souvenir », suggère sagement Sid Ahmed Abeid, président de la Confédération Africaine des Organisations professionnelles de la Pêche Artisanale (CAOPA).

Mais le cœur, lui, continue d’y croire mordicus. « Personnellement, j’espère toujours qu’un miracle va se produire et que je vais revoir Chandrika. Elle n’était pas seulement mon amie, mais l’amie de 20 millions de pêcheurs artisans au Bengladesh. Nous attendons toujours le miracle », confie un représentant de pêcheurs artisans du Bengladesh.

——————————–

Crédits photos: Inoussa Maïga

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s