Classement des ministres incompétents : Mahama Zoungrana (en charge l’agriculture) et Mamounata Bélem (en charge de l’eau) arrivent en tête !

Image

Ils se font la guerre, pourtant condamnés à vivre ensemble

Ont-ils oubliés ce pour quoi ils ont été nommés ministres ? L’ont-ils vraiment su un jour ? 

Depuis leur nomination en février 2013, Mahama Zoungrana ministre chargé de l’agriculture et de la sécurité alimentaire et Mamounata Bélem ministre de l’eau et des aménagements hydrauliques se livrent une bataille bien peu noble autour du partage des ressources du défunt ministère de l’agriculture et de l’hydraulique.  

Je prends ce véhicule… N’y compte même pas il est à moi !

 Se livrer une querelle inutile autour de ressources publiques, pendant que les défis s’accumulent! Début de la campagne agricole, atteinte de la sécurité alimentaire, l’eau potable pour tous, aménagements hydrauliques, etc.

On se croirait face à un couple en plein processus de divorce qui se dispute les biens. sauf que là rien n’appartient à aucun d’eux.

On se demandait d’ailleurs ce qui a inspiré le Premier ministre Luc Adolphe Thiao à scinder ce ministère en deux. Comment peut-on scinder le département de l’agriculture et celui de l’eau, dans un pays essentiellement agricole et rural ?

En son temps, Luc Adolphe Thiao avait prétexté la recherche de plus d’efficacité. Mais on savait tous que c’était plus le souci de récompenser des amis politiques. De plus en plus nombreux, il fallait donc morceler le gâteau.

Ça ne marchera pas, avais-je prédit. J’aurai tout donné pour avoir tort sur ce point-là. Mais c’est sans compter avec la détermination de ces ministres à se servir et à se faire servir plutôt que de travailler pour l’intérêt général.

Que faire d’eux ?

Six mois après leur nomination, les deux ministres n’arrivent pas à s’entendre au point de se défier dans l’espace public. Alors qu’on attendait d’eux de travailler l’un à côté de l’autre pour l’intérêt général, nos deux vaillants ministres semblent avoir d’autres préoccupations.

Peut-on vraiment compter sur eux ? J’en doute. Dans un pays normal, on les vire et on ré-fusionne les deux ministères. Plutôt qu’un que deux. On n’a essayé, ça n’a pas marché il n’y a aucune honte à rebrousser chemin.

Mais on est au Burkina Faso. Pays des hommes intègres, pays où quand on a le pouvoir ou qu’on est au pouvoir on ne peut jamais avoir tort.

Plutôt que de blâmer uniquement ces deux ministres qui rivalisent d’incompétence, je pense que c’est tout le système gouvernemental qui est nuisible pour l’intérêt général. Comment peut-on scinder un ministère en deux sans prendre le soin d’affecter convenablement les ressources ? Sérieusement ?

Publicités

8 réflexions sur “Classement des ministres incompétents : Mahama Zoungrana (en charge l’agriculture) et Mamounata Bélem (en charge de l’eau) arrivent en tête !

  1. Pour un pays comme le Burkina, cette scission n’était pas nécessaire, depuis le PAS, le ministère de l’agriculture s’est retourné vers l’eau pour mobiliser les ressources financières auprès des partenaires. comment l’agriculture va fonctionner sans les moyens nécessaires?

  2. Je pense que cela n’est pas la faute aux deux ministres mais celle du PM qui n’a pas su faire les choses convenablement. En sindant le ministère en deux, il devait penser à cela et le faire équitablement avant de diviser. Même le personnel ne sait plus à quel sministère il appartient (EH ou MASA) . ils sont perdu. S’il y’a une personne à blamer, c’est Luc Adophe Tiao . Chasser ces deux ministre ne pas la solution au problème.

  3. Des ministères au services le problèmes des querelles autours du bien public existe. Il y a des agents qui s’auto octroient la chose publique alors ils oublient que nous sommes tous contribuables et le pays est à nous nous.

  4. Qu’est ce qu’un ministre incompétent? Ne pas pouvoir s’entendre relève-t-il de l’incompétence? J’ai personnellement vu le MASA au travail quand il etait à la DGPSA puis la SNV: pratiquement tous les cadres qui ont travaillé avec lui reconnaissent son pragmatisme et son efficacité. Je pense que le probleme se trouve au sommet comme vous l’avez conclu, un système qui travaille plus pour sa survie que pour le bien commun

  5. Il faut les renvoyer aux champs…Ils n’ont qu’à aller cultiver la terre et ils sauront comment la vie est dûre pour les pauvres cultivateurs contribuables…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s